mardi 18 mars 2014

Quel que soit notre nom, quelle que soit notre condition, peu importe tout cela, extirpons-nous du conformisme déshumanisant, soyons déraisonnables, choisissons de vivre dans le risque plutôt que de mourir en toute sécurité, enrichissons-nous constamment d'expériences nouvelles, mettons un terme à notre existence automatisée, abreuvons ce monde de nos sourires autant que de nos larmes, et retrouvons-nous enfin, juste le temps d'une folle envolée, le temps d'un saut de l'ange, le temps d'Aimer jusqu'à perdre souffle, le temps d'ouvrir le livre de la Vie afin d'y écrire les lignes de nos Rêves.

Dansons inlassablement sous la pluie battante, rions aux éclats lorsque le 
tonnerre chante, allongeons-nous sur les braises de nos passions, osons escalader les montagnes de l'inaccompli, partons tutoyer les étoiles dont nous sommes poussières, asseyons-nous sous l'arbre du renouveau, régénérons-nous à la source du miracledevenons de ces artistes virtuoses de leur propre destinée, n'hésitons plus à exprimer ce que le cœur n'a jamais su dire, mettons-nous à vif, traversons les ronces acérées de nos craintes, et, sous la surface de nos nombreuses écorchures, dévoilons-nous pour la toute première fois.

Apprenons à ne dépendre de rien ni de personne, car nous n'appartenons véritablement qu'à nous-mêmes, scintillons librement à travers l'espace, épanouissons-nous tel un jeune arbre solitaire au beau milieu d'un champ verdoyant, embrassons l'immensité, enlaçons l'intensité, affranchissons-nous 
de ce qui nous empêche d’Être pleinement, considérons la démesure de nos vœux les plus chers comme l'essence de nos réalisations, et entamons l'Aventure, ce voyage dont on souhaite ne jamais revenir, celui au cours duquel la Vie se manifeste et nous transporte aussitôt dans son mouvement.


Nom de la photographie: "Rougeoyante réminiscence"

3 commentaires:

  1. Merci pour ce beau cadeau Adrien.
    Je me suis permis de le relayer sur mon blog
    http://0z.fr/o6I0c
    Coeurdialement.
    René

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Adrien, et merci à René de me permettre de Te connaitre, tu m'offre une jolie leçon à Vivre et j'adodre ta lumière. Je parle de Toi à mes enfants, mes amis et mes collègues, je partage aussi tes textes avec les personnes dont je prends soin. Bien à Toi . Evelyne

    RépondreSupprimer
  3. Au delà de la belle plume qui nous promène dans les labyrinthes du coeur de la vie et l'incroyable surface de la Terre, comment peut on être aussi mûr par une si jeune âge?
    Marcela

    RépondreSupprimer